Angoulême 2010

Publié le par Spooky

Qu’est-ce qui pourrait rassembler un bibliothécaire, un documentaliste, un acteur de théâtre, une scénariste, un urbaniste, un attaché de presse, un infographiste, un agent des Ponts et Chaussées et un employé municipal chargé de la musique ? L’amour de la bande dessinée !

C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés, en cette fin du mois de janvier, dans une charmante bicoque de la vallée de la Touvre, pour aller au festival international de la bande dessinée d’Angoulême, 37ème du nom. Une édition qui a failli ne pas voir le jour, à cause de subventions retirées par la mairie de la ville ; mais un accord a fini par être trouvé, et des centaines de milliers de festivaliers ont pu déferler sur les rues Hergé et Goscinny, entre les bulles des éditeurs, les expos au grand air ou au chaud, le Musée de la BD ou les concerts et les conférences au Théâtre d’Angoulême (ou ailleurs).

Cette année, nous avons eu de la pluie, de la neige, du vent sibérien. Comme chaque année en fait. Et ce n’est franchement pas très agréable, vous vous en doutez. C’est pourquoi un groupe s’est créé sur Facebook pour décaler la date de la manifestation (cherchez « Angoulême au chaud »).

 

Au fil des rencontres, au hasard des allées et venues, on en vient à rencontrer des auteurs qui auront marqué l’année 2009 sur BDTheque, comme Karim Friha pour « Le Réveil du Zelphire » (Gallimard), Marc Dubuisson pour « La Nostalgie de Dieu » (Diantre !) ou encore Nancy Peña pour « Tea party » (La Boîte à Bulles).

La rencontre de iannick avec Ilaria Trondoli, auteure chez Emmanuel Proust de « Roberto Succo, fut un moment d’un grand romantisme. Sortez les violons et jouez le générique de « La Boum » pour avoir une idée de l’ambiance…

 

Le festival est aussi l’occasion de participer à des débats, des conférences, d’aller voir des expositions… Le spectacle de Schuiten et Peeters était vraiment magique, par exemple. Utiliser l'image BD projetée, la musique et la narration en live, c'est un véritable spectacle vivant ! La rencontre avec Enki Bilal fut très intéressante ; un éclairage certain sur son travail, sa conception de l'œuvre, son regard sur la critique BD, et son humour. Les expos étaient sympathiques, surtout celle de Blutch, vraiment bluffante ; une facette très "lynchienne" de l'auteur qui pouvait surprendre les visiteurs... Quelques années de psychanalyse à prévoir ^^

 

Angoulême ce sont aussi des repas entre amis ou nouvelles connaissances. Dîner improvisé le jeudi soir, rencontre du Monde.fr et de DigiBiDi, repas inoubliable le vendredi soir : nous étions un groupe de 13 dans un restaurant indien du nom du « Gange ». Soirée inoubliable parce que la nourriture était infecte, parce que le service était très long malgré un nombre de convives assez réduit, et parce que la noté comportait quelques surprises… Une adresse à oublier ! Heureusement la chaleur et l’amitié permettent de faire passer la pilule. Les discussions passionnées, la rigolade, que ce soit sur la Bd ou sur d’autres sujets, il n’y a rien de meilleur ! Et puis la bière Ch'ti était bonne (merci iannick :p)

Un repas tous ensemble le samedi soir dans notre logement, ou Séb’ a pu faire admirer sa technique imparable pour préparer les pâtes. Lesquelles ont été arrosées par un Pineau des Charentes pas dégueu du tout…

Et comble de chance, nous bénéficiions d’un gîte « fort cossu » où chacun a pu s’isoler un peu. Enfin, pas tout à fait lorsque vous dormez à côté et au-dessous de deux ronfleurs… Une maison bâtie sur un ancien site néolithique, proche de lieux chargés d’histoire médiévale.

L’occasion de nous initier à un petit jeu de cartes, Munchkin fort sympathique, sauf quand t'es un Hobbit et que tu te fais moucher par une amazone :p A ce jeu, les nantais savaient tricher, et Spooky par contre est une mauviette (note de Spooky : j’t’emmerde J)

 

Insolites : en nous rendant un matin sur le festival après nous être garés dans un secteur inhabituel, nous sommes passés par une artère où se trouvaient plein de sex shops… Isabelle en pyjama, qui cherchait une serviette… La rencontre au sommet entre iannick et « le pervers de bdtheque… Le dégel brutal de la tuture du même iannick avec une bassine d'eau chaude... la pôvre ! Le stand d'Emmanuel Proust entouré de soutiens-gorges et de parfum... les gens qui racontaient leur vie pendant les files d'attente surtout une qui parlait de son expérience dans une ferme... Rage Against The Machine à donf dans la mafiamobile des Nantais 8-)

 

 

Il y a aussi des points négatifs :

 

 

- Isabelle a traîné x fois sa valise dans tous les sens dans les rues fort vallonnées d'Angoulême.

- PERSONNE ne sait où on récupère les pass auteurs

- Isabelle a oublié son sandwich dans le frigo

- Le babyfoot était pourri
- La neige de samedi était froide et humide (strange, isn't it ?)
- Les Kebabs angoumoisins ont un goumoisi (je vous laisse vous la faire en bouche celle là ;))
- Makoto Yukimura est le mangaka le plus soporifique qu'il ait été donné de rencontrer à Stéph’ (les ronflements de Jérôme s’entendent encore... :p)
- Nous n’avions pas nos moonboots pour la bataille de boules de neige :/
- Dormir 5 heures, c'est mal...même dans un gite du tonnerre.
- Frédéric Mitterrand en arrivée guest star... No comment, surtout après l'avoir entendu en interview vendredi matin sur France Inter.

Je vous laisse regarder nos photos dans l’album correspondant (colonne de droite du blog, choisir « voir tous les albums », puis « angouleme2010 »).

 

Le mot de la fin à Stéph’ : A l'image de BDTheque, ce qui rend sympathique le festival d'Angoulême c'est la rencontre, le faire avec d'autre. Seul, sans raison professionnelle ou avec, les à côté du festival pourraient être ternes voir sinistres. Car Angoulême à cette saison... ...d'autant plus que rien n'est organisé pour le côté festif, ni concert, ni spectacle, ni projection. Même le cinéma ne joue pas le jeu...
Alors ce regrouper pour ce tenir au chaud, parler des uns et des autres et des auteurs de bande dessiné, seul cela sauve le festival. Toutefois, la bulle nouveau monde est encourageante, car pour les "bulles officielles" disons qu'elles ressemblent à la FNAC ou au festival de BD d'Edouard Leclerc. Nous avons pu découvrir un monde de Bande dessinée en marche ! Où enfin les femmes sont présentes dans le 9ème art ! Ainsi que le Rok'n Roll...

 

Merci à Paco, iannick, Isabelle, Hermy, Denis, Stéph’, Séb’ et Jérôme pour tous ces bons moments et pour l’inspiration du présent billet.

 

Spooky.

 

Publié dans Réunions BDThèque

Commenter cet article